Arriverez-vous à survivre dans une ville remplie de conflits ?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « La beauté est la seule vengeance des femmes. » | Libre

Aller en bas 
AuteurMessage
April Johnson

avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 29/03/2009
Age : 25
Localisation : Loin, sur une planète proche ...

MessageSujet: « La beauté est la seule vengeance des femmes. » | Libre   Mer 1 Avr - 15:45

      Radio : « Six heure trente à L.A., bon réveil et bonne matinée pour ceux qui viennent de se réveiller et surtout profitez de la vie ! »
      April : « Ouais c’est ça ! »


    Elle tapa un gros coup sur son réveil. Elle commençait ce matin là à huit heures et demie et elle avait une grosse dissertation à finir. Même avec toute la bonne volonté du monde elle s’était endormie le soir et ne l’avait même pas finit. Elle avait prévu le coup et avait mit son réveil. Une première sans doute depuis son entrée à UCLA car d’habitude elle arrivait tout le temps en retard en cours. De toute façon elle se fichait pas mal de pourquoi les allemands et les français c’étaient fait la guerre, elle n’habitait ni en Allemagne ni en France et trouvait que nous faire apprendre des choses sur des pays, où elle n’avait manifestement aucune envie de mettre les pieds, ne servait à rien. De toutes façon vous savez quoi elle n’en avait absolument rien à faire de ses notes, enfin pas tellement elle s’arrangeait toujours pour avoir la moyenne. Enfin on va dire que l’école n’a jamais vraiment été son truc … Elle sortit donc de son lit, un bon quart d’heure après que le réveil ai sonné. Elle prit ses affaires de français qui avait été abandonnés sous son lit depuis à peu près deux semaines. Elle s’assit devant son bureau et ouvrit son livre, prit une feuille dans sa pochette plastique où les gens s’amusaient à noter des bêtises les plus bêtes les unes des autres. April avait en avait l’habitude enfin passons. Elle prit son sujet, une œuvre de Shakespeare bien sur. Elle pensait depuis quelques temps que son professeur de français se serait vraiment bien entendu avec Shakespeare. Elle aimait beaucoup ses œuvres mais trop, c’était trop. Tout le temps maintenant. Elle n’en pouvait plus. A croire que Mr Smith était amoureux de l’écrire, parfaite on peut le dire, de ces ouvres.

    Il faut l’avouer elle ne réussit pas du tout à finir à temps. Même avec toute la bonne volonté que l’on peut avoir finir une dissertation de quatre pages était impossible en deux heures pour un être humain normal. Elle était bien sur un être humain tout à fait normal et n’avait même pas fait le quart de sa dissert’. Elle n’avait pas peur de son prof’, il l’aimait beaucoup elle en était sur et puis elle rendait toujours ses devoirs en retard. Bon, il fallait quand même qu’elle soit présentable pour les cours même si tout le monde s’en fichait elle n’aimait pas qu’on la voit mal fagoté. Elle avait toujours était la fille la mieux habillée, la plus glamour sans doute mais sans l’argent de ses parents, cela n’aurait sans doute pas été comme ça. Elle ouvrit son armoire. Alors d’abord elle sortit une chemise blanche immaculée. Humm non, elle la rangea et prit un jolie haut de chez, non elle ne savait même pas de où cela venait mais elle s’en fichait car c’était ses parents qui payaient donc pas elle. Donc elle pouvait absolument tout se permettre sans regarder le prix. Elle prit ensuite une veste magnifique, et le jean Levis le plus cher qu’elle aurait pu trouver. Elle mit tout cela. Elle alla dans sa salle de bain et se coiffa. Elle était très contente aujourd’hui ses cheveux ne faisait pas leur rituel matinal c'est-à-dire le bordel. Enfin elle se brossa les dents puis se maquilla. Tout cela suivit d’un nettoyage de main intensif. Elle aimait beaucoup que ses mains sentent bon. Elle décida de partir tout de suite et de prendre quelque chose à manger sur la route. Elle monta dans sa voiture en bas de sa maison. Cette voiture était vraiment magnifique. Une décapotable noire avec des sièges en imitation velours rouge. Un bon paquet de fric à mon avis, mais encore une fois qu’est qu’on ne ferait pas pour faire payer l’ignorance de ses parents … =D Bon elle sortit de l’allée de son énorme maison {encore …}. Elle erra dans les rues longtemps car elle était en avance. Une grande première ! Elle arriva devant un café. Elle se gare dans le parking désert à cette heure là. La jeune demoiselle entra dans le café et demanda à la grosse caissière.

      April : « Un café à emporter s’il vous plait ! »

    La grosse dame se mit au travail. Il n’y avait qu’elle et April dans ce café et April était vraiment pressé de partir qu’elle la dame était franchement bizarre d’après elle. Elle prit le café qu’elle lui tendit qu’elle temps plus tard. Elle lui tendit un billet en échange et partie. Elle commença à boire le contenu de son café pendant le chemin de la boutique à sa voiture. Elle s’installa devant son volant et partie directement en veillant bien que son café soit bien placé pour ne pas se renverser. Elle alluma la radio et dépassa la limite de vitesse de quelque kilomètre. Rien à faire, les limitations c’étaient pour ses parents ça ! Elle arriva dans le parking de l’université. Peu de voiture étaient là pour le moment. Dis donc elle viendrait plus souvent tôt si elle pouvait choisir sa place. D’habitude elle se garait en dehors du parking car la plupart du temps à l’heure où elle arrivait toutes les places étaient prises. Elle traitait toutes les personnes de l’université l’abrutis et elle partait en dehors. Son rituel, mais là oh miracle. Deux trois voitures étaient stationnées pour le moment. Elle se gara le plus près possible de l’entrée. Elle éteignit la radio et sortit de sa voiture en prenant son sac. Elle entra dans le hall. Bon d’accord le parking était désert mais apparemment tous les étudiants dormant sur le campus avaient décidé de se réveiller très tôt eux aussi. Elle alla direct vers son casier. Elle l’ouvrit assez sauvagement pourrait on dire.

    April était blasée. Pourquoi ? Parce qu’on la regardait toujours de la même façon quand elle passait devant quelqu’un, elle savait très bien qu’elle était jolie et qu’elle provoquait du désir chez certaines personnes mais à ce point là ! Elle passa devant un troupeau « d’intello » et ils la regardèrent tous de la même façon. Elle avait envie de dire un truc pas très sympas mais elle s'abstenu ....Elle rangea tout ses livres de français dans son casier. Mais qu’est ce qui lui avait prit de prendre cette foutue langue comme option ! Elle rangea dans son sac ses affaires de maths. Matière qu’elle avait au moment même.


Dernière édition par April Johnson le Jeu 23 Avr - 12:32, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Autumn Standford

avatar

Messages : 66
Date d'inscription : 30/03/2009
Age : 27
Localisation : L.A

MessageSujet: Re: « La beauté est la seule vengeance des femmes. » | Libre   Mer 1 Avr - 20:22



" Face to Face between 2 Queen "


    Il était 6h29 quand le réveil d'Autmn se déclencha.. Le dernier tube a la mode envahit la pièce et fit sortir la jolie brune de ses rêves. Elle tourna la tête vers son réveil et se redressa. Elle s'étira en souriant et sortit de son lit. Elle se dirigea vers sa salle de bain et se rua sous la douche.. Le réveil de la belle devait être planifié comme chaque période de sa journée, elle ne mettait pas son réveil a 6h30 pour avoir une minute pour se lever, ainsi elle était dans la salle de bain a demi. C'était comme ça, il fallait que tout soit parfait, chaque chose devait suivre son court logique, toute chose avait une place. La vie d'Autumn était ainsi. Il était exactement 6h30 quand elle poussa la porte de sa salle de bain pour se glisser dans la douche. A 45 elle s'enveloppa d'une serviette et se secha les cheveux, la voix grave de la radio dictait les news d'une voix monotone. Autumn n'écoutait pas vraiment, elle pensait a la rédaction qu'elle devrait rendre pour le cours de français, elle traitait de la seconde guerre mondiale un sujet interressant qui ennuyait pourtant notre chère Autumn, tout ce qu'elle aimait c'était le stylisme, tout les autres cours lui importaient peu, bien sur ils étaient obligatoires et elle s'efforcait donc de faire ce qu'on lui demandait dans chacune des branches, même si l'envie n'y était pas. la miss qui était habitué a faire ses travaux en avance avait du finir son travail en vitesse cette nuit ce qui ne lui ressemblait pas, mais elle avait été retenue par des choses qu'elle préféraient retirées de son esprit, elle avait été retenue par ce qu'elle nommait "mon péché", elle avait été retenue par... Chuck. Elle avait passé une partie de la nuit chez lui, c'était plus fort qu'elle il était attractif, bien que répugnant. Bien sur Autumn ne parlait de cette pseudo relation a personne, elle trouvait cela trop immonde. La voix monotone de la radio indiqua 7h la belle sortit de sa salle de bain et se dirigea donc vers son dressing pour y enfiler une tenue, elle choisit ainsi un petite robe bleu electrique, elle enfila des talon, et enfila déjà sa veste pour observer dans le miroir le résultat de sa tenue complète. Satisfaite elle se dirigea a nouveau dans sa salle de bain pour se brosser les dents, elle revint ensuite dans sa chambre et s'assit devant son grand miroir ovale et alluma les petites lampes rondes qui étaient tout autour. Autumn se maquilla rapidement. Chaque matin c'était le même geste.. Un peu de blush, de mascara, et du rouge a lèvre vermeille.. C'était simple mais magnifique.. La jeune fille se regarda un instant dans la glace en remettant ses cheveux correctement. De nature bouclés, ils formaient de très belles boucles qu'elle marquait mieux de temps en temps au fer. Mais ce matin là elle ne jugea pas utile de le faire.. Elle se leva donc, mit sa montre posée sur sa table de chevet, prit son sac et se dirigea vers la sortie de son appartement, Autumn ne déjeunait pas le matin, elle mangeait un petit quelque chose a dix heures entre deux cours.

    Elle monta dans sa voiture, une décapotable, comme toutes les filles de son milieu, elle etait d'un blanc écarlate. Elle s'arrêta comme chaque matin au Starbuck qui était dans les allentours de son campus pour prendre son café habituel, un café crème aux noisettes avec un peu de cannelle. Comme chaque matin, il était près, le serveur du starbuck qui effectuait son service à ces heures avait l'habitude de voir Autumn débarquer a la même heure chaque jour. Il lui tendit son café, elle le remercia et sortit aussitôt pour se diriger vers l'entrée de son université. Elle croisa quelques amies qu'elle salua puis qu'elle laissa en plan pour se diriger vers son cassier pour y prendre ses livres de math. Autumn ne comprenait vraiment pas l'interet d'avoir un cours de math en c'était à vrai dire le cours qu'elle ne pouvait absolument pas supporter. Autumn s'apprétait a ouvrir la porte de l'auditoire où allait se donner ce fameux cours qu'elle ne pouvait supporter, quand elle apperçut un morceau de papier collé sur la porte, elle l'arracha et le lu rapidement.

    " Professeur de mathématique absent. raison personnelle. "

    Autumn: C'est une blague !

    Une expression de surprise mélée a la contrariété se dessina sur son visage, elle avait horreur de cela, elle n'aimait pas les changements de plan a la dernière minute surtout qu'elle n'avait pas le temps de retourner chez elle pour une heure a peine. Elle se décida donc à se diriger vers la biblothèque pour revoir sa dissertation, après tout elle n'avait rien d'autre à faire. Elle se retourna vers le long couloir qui était à présent vide, ou presque... April se trouva à quelques mètre d'elle. Autumn prit un air froid et s'approcha de la demoiselle. April était avec elle en option stylisme, elle avait donc tous leur cours en commun. Ce qui n'était pas vraiment une joie puisqu'elle faisait partie de clan opposé. Autumn trouvait pourtant April interressante, son attitude ne lui déplaisait pas, elle aimait son style et sa façon d'être, bien sur elle se gardait bien de lui dire, Autumn s'était souvent dit a quel point s'était dommage qu'un si beau potentiel traine avec les ratés d'Heaven, April avait une image d'Hell et elles auraient très certainement été amie si elle ne figuraient pas dans une armée opposée. Son regard froid se posa sur elle.

    Autumn: Pas math aujourd'hui Johnson il est encore entrain de se morfondre comme un dépressif.

    Leur professeur de math avait en effet une réputation de dépressif. Et Dieu sait qu'Autumn avait horreur de cette fichue "maladie" qui était une cause de destruction dans sa famille, presque tout le monde ignorait qu'elle avait un frère malade, elle se gardait bien de le crier sur tout les toit, pour elle cette maladie dite mentale n'était qu'une pure faiblesse de l'esprit... Autumn réagissait souvent très mal face à ce trouble cela expliquait sa haine envers ceux qui en souffrait, excepté son frère.

    Autumn: On est les deux seules a ne pas avoir été mises au courant hier je pense...

    Autumn ne savait même pas pourquoi elle lui adressait la parole, peut-être esperait-elle la ralier aux Hell, les Heaven étaient si pitoyables et sans interet pour elle qu'elle ne pouvait consevoir qu'on traine avec des gens gentils comme des agneaux, c'était si ennuyant. Mais apparemment April aimait cela, Autumn leva donc les yeux au ciel et s'en alla vers la bibliothèque pour pouvoir revoir sa dissertation elle entendit au loin la voix d'April mais ne se retourna pas. De toute façon elle supposait qu'elle allait la rejoindre dans la bibliothèque puisqu'il n'y avait rien d'autre à faire à cette heure dans cette immense université vide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://australianparadise.forumotion.com
April Johnson

avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 29/03/2009
Age : 25
Localisation : Loin, sur une planète proche ...

MessageSujet: Re: « La beauté est la seule vengeance des femmes. » | Libre   Dim 5 Avr - 14:09


    April n'arrivait pas à sortir son livre de français de son sac. Elle voulait le mettre dans son casier à la place de son livre de mathématiques. Foutu mathématiques, la seule chose qu'elle se rappelait de ses cours de cette année c'était « Le zéro est le seul nombre réel à la fois positif et négatif, et sert d'origine dans les repères en mathématiques. Il représente l'absence de quantité dans les systèmes d'unités ». De plus elle détestait plus que tout son professeur. April était une élève qui n'aimait pas qu'on lui dise ce qu'elle doit faire et justement il ne faisait que ça ! April avait prit l'habitude de sécher ses cours une fois sur deux. Enfin quand elle n'avait pas envie de faire la jeune fille sérieuse eh bien elle se dispensait de cours de mathématiques. Donc en faite elle y allait que quand elle avait envie. Enfin bon passons, aujourd'hui elle avait envie d'être bonne élève. Peut-être même qu'elle était en train de prendre de bonne résolutions autant réussir ses années université pour ne pas finir la risée de la famille Johnson même si franchement elle s'en fichait. D'ailleurs quand elle aurait réussit vivre avec son travail à elle, elle couperait les ponts avec ses parents directement sans leur donner de nouvelles. Bon c'était un peu comme si c'était déjà fait mais bon elle préférait se dire qu'elle n'aurait un jour plus rien à voir avec les deux personnes qu'elle n'aurait jamais voulu rencontrer de sa vie. Malheureusement elle ne pouvait faire qu'avec. Elle n'avait pas le choix. C'était sa mère qui lui avait donné la vie et rien que pour cela elle en était reconnaissante. J'ai bien dit JUSTE pour ça !

    Elle réussit enfin à sortir son livre de son sac. Elle devait finir sa dissertation, elle le ferait sans doute pendant l'heure de mathématiques. De toute façon, quand on lui avait dit de suivre son emploie du temps, on ne lui avait jamais qu'en cours de maths, elle était obligé de faire des maths et franchement ça l'arrangeait parce qu'elle ne comprendrait jamais rien, elle en était sure. Elle vit, quand elle mit son livre dans son casier une jeune femme s'approcher d'elle. Elle ne l'aimait pas, autant dire la vérité, elle représentait tout ce qu'April détestait. Elle était manipulatrice, elle planifiait tout dans l'ordre et il ne faillait jamais que cela soit changé sinon c'était foutu. Elle ne pouvait pas supporter cela. De toute façon, April doutait vraiment que même si elle n'était pas dans des clans ennemis, elles puissent un jour s'entendre. April était une fille tout à fait bordélique, elle ne supportait pas l'ordre parfait. Il fallait toujours que quelque chose soit dérangé sinon elle ne se sentait pas bien. Loin des apparences même, April était une fille au grand cœur. Elle se cachait derrière une grande carapace que personne n'avait encore essayé de détruire ... Elle n'était pas du tout comme on la voyait au premier abord. Certes, elle n’aimait pas du tout que l'on lui marche sur les pieds mais au bout d'une fois les gens comprenaient très bien la chose et tout aillait mieux. April était un peu une fille indépendante. Elle aime avoir des amis mais elle aime aussi beaucoup être seule. Enfin tout ça pour dire qu'elle n'aimait pas du tout Autunm. Elle ne comprenait même pas pourquoi elle lui parlait là tout de suite.

    C'était hyper bien s’il n'y avait pas cours de maths aujourd'hui, elle pourrait enfin finir sa dissertation. Ou peut-être qu'elle ne la finirait pas et qu'elle resterait à errer dans les couloirs enfin, elle verrait cela après, elle était trop surprise de voir Autunm lui parler. D'autant plus qu'elle aurait plutôt pensé à une phrase sarcastique venant de sa part. Elle était aussi un peu énervée, elle aurait pu rester chez elle, à regarder la télé, ou elle aurait pu même se déplacer jusqu'au centre commercial.

      April : « Merci de me le dire Stanford, ça me touche ! »


    Oui maintenant elle en était sure. Rien qu'à la façon qu'elle avait de s'habiller, cela énervait April. Elles étaient du même monde mais April n'avait jamais vraiment marqué la différence de statut sociale entre ses camarades et elle. Elle détestait les gens qui montraient qu'ils étaient plus riches. Peut-être était-ce parce que ses parents se comportaient exactement comme cela. Quoiqu'elle puisse dire elle sera toujours une gosse de riches pour les autre, mais ils ne pourront jamais dire qu'elle le montre trop.

      April : « Pas de bol pour toi, tu vas devoir changer ton emploie du temps... Tu vas faire quoi ? »


    Autant avoir une petite idée. Elle pourrait lui gâcher son heure. Elle n'avait jamais voulu être dans la même classe que cette fille. Le seul problème est qu'apparemment, elles avaient la même passion, c'est-à-dire la mode et le stylisme. Pour April c'était de sang. Sa mère tenait la plus grande ligne de vêtements de nos jours et franchement April ne préférait même pas y penser. Ca l'aidait à suivre son chemin sans se dire qu'en faite elle ressemblait un peu à sa mère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Autumn Standford

avatar

Messages : 66
Date d'inscription : 30/03/2009
Age : 27
Localisation : L.A

MessageSujet: Re: « La beauté est la seule vengeance des femmes. » | Libre   Lun 6 Avr - 14:50

    Dissertation's Time

    Autumn se dirigeait donc vers l'immense bibliothèque qui se trouvait au deuxième étage de ce bâtiment, le bâtiment B. L'université comptait plus de 6 bâtiments, et plus de 10 bibliothèques différentes. April pouvait donc se diriger vers une toute autre direction, elle pouvait se rendre dans une autre bibliothèque et y travailler sa dissertation, le problème c'est que celle de ce bâtiments était spécialisée en histoire. Elle contenait donc des centaines de livres qui traitaient de la deuxième guerre mondiale ce qui était assez utiles aux deux jeunes femmes. Autumn accélérait donc le pas, quand April lui adressa la parole, elle ne se retourna pas et mit quelques secondes a lui répondre. Elle ne savait pas pourquoi elle voulait savoir ce qu'elle allait faire.. Elle n'en avait rien à faire, Autumn savait qu'elle la détestait, ça se voyait. Les deux jeunes femmes avaient des opinons et des idéaux totalement opposée. April était désordonnée et désorganisée, elle lui faisait penser à une adolescente de 17 ans en pleine crise identitaire. Elle manquait la moitié des cours, rendait ses travaux en retard, n'écoutait pas en classe. Bref tout ce qui horripilait Autumn. Elle aimait être ordonnée et pour elle c'était une preuve de maturité.

    Arrivée dans la bibliothèque elle posa son sac sur une chaise libre et se tourna enfin vers April qui était toujours derrière elle, elle s'en doutait, elle devait elle aussi travailler sa dissertation sur la deuxième guerre mondiale, ce qui n'étonnait guerre Autumn, c'était tout a fait le genre de la Heaven, Autumn supposait qu'elle comptait sur l'autre de math pour finir son travail, c'était toujours la même chose... C'était d'un pathétique.

    La Bibliothèque était quasiment vide, il n'y avait que quelques étudiants qui complétaient eux aussi un travail quelconque. Mme Piffers, la bibliothécaire, se tenait non loin de là, ses grosses lunettes sur le nez, elle fixait les deux jeunes femmes qui venaient d'entrer, elle devait savoir qu'elles étaient de clans différents puisqu'elle les regardait bizarrement. Son regard était un mélange de curiosité, de surprise et de peur que tout cela dérape comme ça l'était souvent arrivé entre les Heaven et les Hell. Bien sur c'était plus souvent les hommes qui en venaient au mains, mais rien était impossible dans cette université.

    Autumn: Tu t'inquiète pour moi... comme c'est mignon ! ne t'en fais pas j'ai fais un planning de rechange en cas d'éventuel changement....

    Bien sur Autumn avait adopté un ton ironique, elle n'était pas maniaque au point de créer un tel planning, mais la meilleure défense était de se moquer d'elle-même, et puis Johnson était tellement naïve qu'elle aurait pu le croire. Ça ne gênait pas Autumn qu'on se moque de son tempérament, de sa façon de tout organiser, puisque pour elle c'était le contraire qui était triste, ne pas être prête, toujours courir après le temps, c'était tellement dommage... Elle s'assit enfin et sortit sa dissertation. Elle répondit enfin à la question qu'April lui avait posée. Mais elle ne leva pas les yeux, feuilletant les pages qu'elle avait écrit cette nuit.

    Autumn:
    Je complète ma disserte. Tu devrais utiliser l'heure pour la faire, je suppose que tu n'as rien fait, ça aurait été dommage de manquer de faire la fête pour bien faire un travail qui compte pour la fin de l'année... Tu te serais ennuyée en apprenant de choses que tu juges inutiles et que tu ignores toujours. Comme par exemple où se trouve la France géographiquement....

    Autumn lui adressa un petit sourire mesquin. Elle saisit sa dissertation de la main droite et se leva pour se diriger dans l'allée 6, celle ou ce trouvaient des livres sur le point de vue de l'Angleterre durant la guerre 39-45. Elle devait faire une recherche. Tout en jetant des regards sur ce qu'elle avait écrit la veille, elle cherchait le livre qui lui serait utile a compléter son travail.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://australianparadise.forumotion.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « La beauté est la seule vengeance des femmes. » | Libre   

Revenir en haut Aller en bas
 
« La beauté est la seule vengeance des femmes. » | Libre
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pour s'assurer toue seule
» La fuite, la seule défense acceptable?
» 9 mots utilisés par les femmes
» Pour attirer les femmes sur le forum...
» Triath'long de la côte de beauté

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bad Intentions :: «. UCLA :: «. Intérieur :: COULOIRS & CASIERS-
Sauter vers: